Français (French), Multilingual

Arcs-en-ciel Extraterrestrials et Générateurs Homopolaires: Les Étudiants d’Andover Vont Disputer au Tournoi de Jeunes Physiciens des États-Unis

En entrant à Andover en tant que nouvel élève de première d’Ukraine, Mykhailo Bilokur ‘20 estimait que l’école manquait d’opportunités de recherche scientifique dans l’école. Cette pensée à déclencher la formation d’une équipe de quatre étudiants par Bilokur qui vont
se présenter au Tournoi de Jeunes Physiciens des États-Unis (T.J.P) le 26 et 27 Janvier.

Le T.J.P, qui aura lieu à Rye, N.Y. est une compétition dans laquelle les équipes de quatre personnes de tous les pays viennent se confronter, d’après Mika Latva-Kokko, Instructeur de Physique et le Conseiller Académique de l’équipe. La compétition est modelé comme une
“lutte de physique”, semblant à un débat, pour lequel les équipes font de la recherche préliminaire sur quatre sujets proposés.

“En Ukraine, j’ai participé dans des compétitions similaires. J’ai pensé, pourquoi ne pas organiser quelque chose de similaire ici, et aider les gens d’ici à s’impliquer dans la conduction d’une recherche élémentaire?… Et la beauté [de la compétition] est qu’on puisse
trouver une solution, créer un exposé qui est vraiment similaire avec ce que les vrais scientifiques font à une plus grande échelle,” a expliqué Bilokur.

“Alors les équipes vont présenter leurs découvertes, et ils vont essayer à démonter les résultats expérimentées obtenus par les autres.. Chacun d’eux a un objet particulier qui doit être défendu, mais ils collaborent sur tous les objets ensemble. Au bout du compte, il
doivent seulement défendre trois de leurs quatre projets, donc ils peuvent choisir ceux qu’ils veulent,” a dit Latva-Kokko.

Depuis octobre, les membres d’équipe Bilokur, Harry Shin ‘20, Julia Zhu ‘20, et Jason Huang ‘21 ont effectué des recherches en se préparant pour le tournoi. sur les générateurs homopolaires, les arcs-en-ciel extraterrestrials, les systèmes pneumatiques pour la transportation des lettres, et le mouvement de marteaux.

Huang va faire sa présentation sur les générateurs homopolaires, un genre de générateurs électriques.

“On va faire tourner un disque en cuivre dans un champ magnétique puissant pour qu’il génère une différence d’électrique potentiel entre le centre du disque et son bord. C’est un générateur basique puisqu’il produit une charge, un voltage, ensuite si on l’associe à un fil
électrique, il produit un courant,” a précisé Huang.

Bilokur dit que le générateur homopolaire porte une signifiance historique et pour l’ingénierie, car c’est un des seuls générateurs qui produisent un courant direct stable.

“La plupart des générateurs fonctionnent comme des aimants. Ils créent un voltage qui est interchangeable, donc c’est positif-négatif-positif-négatif, comme dans le système de haut voltage qui alimente tous les ordinateurs et la plupart de tout ce qu’on a. Mais, le générateur
homopolaire produit un courant stable, et c’est en fait utile de temps en temps parce qu’on ne veut pas justement jeter des électrons d’avant en arrière tout le temps,” a dit Bilokur.

Bilokur a organisé l’équipe avec l’aide de Latva-Kokko, qui a rencontré la plupart de l’équipe dans sa classe de Fluid Mechanics. À présent, ils se retrouvent presque toutes les semaines pour surveiller des expériences et discuter sur des approches pour mesurer des
données difficiles.

“Maintes fois, les problèmes sont intentionnellement énoncé ou posé d’une certaine manière que expérience à faire est évidente. La première peut être la plus difficile à accomplir et te donnera essentiellement le moins de données possible.  Donc, tu dois simplifier
le problème d’une telle façon où tu peux recevoir l’information que t’as envie d’acquérir, c’est ce dont on parlait,” dit Latva-Kokko.

Latva-Kokko a exprimé son soutien pour le format du forum publique des présentations du tournoi final. D’après Latva-Kokko, le compétition de format débat nécessite aux élèves de comprendre et de se sentir confortable avec la physique de chaque expérience.  

“Ce n’est pas autant ‘Est-ce que tu sais comment faire des maths?’ — même si cela peut également être important — mais “Est-ce que tu comprends ce qu’est la physique et est-ce que tu peux l’expliquer aux autres?” dit Latva-Kokko.  

Alors quele tournoi s’approche, les expériences de l’équipe progressent régulièrement, d’après Huang et Bilokur.

“Quant à moi, j’ai fais toute la théorie. Maintenant j’attends un aimant très fort, et nous allons essayer d’utiliser une perceuse pour notre source de force principale pour atteindre la vitesse maximale de la rotation d’un disque. Un aimant plus fort fonctionnera parce
que cela générera un voltage plus fort,” dit Huang.

“Pendant la prochaine semaine on veut finir la plupart des expériences pour qu’on puisse finaliser ce qu’on a et faire des présentations la semaine après,’ dit bilokur.

Réitérant les raisons pour laquelle Bilokur a commencé le projet, Latva-Kokko voit la valeur dans le Y.P.T pour son axe de recherche.

“Ça c’est faire de la physique comme les physiciens le font. Tu fais une expérience, tu trouve des données, basé sur ça tu le compare au modèle que t’as et la comparaison des données et le modèle te dira les hypothèses qui sont exactes, les hypothèses qui sont fausses,
et aussi où tu devras bouger après. Tout est conduit par la manière dont ils planifient leurs expériences et quels sont les résultats des expériences,’ dit Latva-Kokko.

Jan 25, 2019